LES AIDES A LA RECONVERSION

En vue de son retour à la vie civile, et, en fonction de son projet professionnel ainsi que de ses acquis, le militaire en reconversion se voit proposer différentes aides adaptées à ses besoins spécifiques.

1 – Cycle d’enseignement :

Remboursement sous conditions, dans la limite d’un plafond, des frais correspondant à des formations suivies en vue de préparer la reconversion. Cette possibilité est ouverte dans les 5 années précédant le départ des armées.

2 – Stage de formation :

Possibilité pour le bénéficiaire de suivre une formation dans un organisme civil, au centre militaire de formation professionnelle (CMFP) de Fontenay le Comte ou dans un centre de l’AFPA (association pour la formation professionnelle des adultes). Une formation gratuite peut être suivie en entreprise.

La formation est financée en totalité ou en partie par le ministère de la Défense.

3 – Session de techniques de recherche d’emploi (STRE) :

Les techniques de recherche d’emploi doivent permettre aux militaires de se familiariser avec les règles de rédaction de curriculum vitae, de lettres de motivation, à la présentation de candidatures spontanées, et d’aborder le marché du travail avec le maximum d’atouts. Ces techniques de recherche d’emploi sont enseignées soit par le service public de l’emploi ou par des prestataires mandatés par lui, soit par les structures de la reconversion propres à chaque armée.

4 – Session d’accompagnement vers l’entreprise (SAE) :

Il s’agit d’accompagner le militaire dans les démarches de recherche d’emploi et d’intégration dans l’entreprise.

Pour ce faire, la SAE a pour objectifs de permettre au militaire:

– d’actualiser et confirmer un projet professionnel réaliste et réalisable.

– d’acquérir les connaissances sur le marché du travail et la vie de l’entreprise.

– de définir une stratégie active de recherche d’emploi.

– d’être accompagné dans sa recherche jusqu’à son intégration dans l’entreprise.

La SAE s’articule en deux phases :

– la première d’environ un mois est consacrée à la formation du candidat.

– la seconde d’une durée de cinq mois est consacrée à son accompagnement.

Elle a vocation à déboucher sur l’emploi direct.

5 – Parcours individualisé du créateur ou repreneur d’entreprise (PIC) :

Les militaires souhaitant créer ou reprendre une entreprise ont la possibilité de s’inscrire au titre de cette prestation. Un suivi, une aide et des conseils sont alors assurés pendant la durée du congé de reconversion et jusqu’à douze mois après la création de l’entreprise.

6 – Période d’adaptation en entreprise (PAE) :

Cette période permet au militaire ayant identifié une entreprise susceptible de l’accueillir, de s’adapter à un poste de travail déterminé, le chef d’entreprise devant s’engager à lui signer un contrat de travail (CDI ou CDD de 6 mois minimum) prenant effet à la fin du congé de reconversion.

7 – Prestation d’accompagnement APEC

Cette prestation est destinée à accompagner vers l’emploi des militaires au potentiel cadre reconnu par l’Association Pour l’Emploi des Cadres (APEC), et dont le projet professionnel est bien avancé. L’aide fournie, une dizaine d’heures de consultation ainsi qu’un libre accès aux outils de l’association, permet au militaire, dont le projet professionnel est particulièrement développé, de trouver sa place dans le secteur privé.

8 – Possibilité de reconversion dans le secteur public.
Intégration dans les fonctions publiques civiles de l’Etat,
des collectivités territoriales ou hospitalières.

L’accès au secteur public peut s’effectuer de différentes façons :

– les concours qui constituent la voie normale de recrutement dans la fonction publique. Chaque statut particulier fixe les conditions d’âge et de diplômes requis pour l’inscription aux concours externes. Les concours internes sont ouverts aux militaires uniquement lorsque ces dispositions statutaires prévoient que les militaires peuvent concourir.

– la voie des emplois réservés dans les postes de catégorie B ou C des fonctionnaires (préparation par correspondance complétée par des stages pour les emplois de 1ère et 2ème catégorie).

– les dispositions de la loi n° 70- 2 du 2 janvier 1970 qui ouvre la possibilité pour les officiers de carrière, major ou adjudant- chef d’intégrer directement la fonction publique après sélection.

– les «tours extérieurs» ou intégrations directes dans certains corps de magistrats qui peuvent intéresser les officiers et, pour les magistrats de l’ordre judiciaire, les sous-officiers. Ces modes de recrutement obéissent à des règles et à des conditions propres à chacun d’eux.

9 – Aide au reclassement

– Jusqu’à 3 ans après la radiation des contrôles auprès des structures centrales ou territoriales propres à chaque armée.

– ARCO et CIR.

– services et bureaux de reconversion propres à chaque armée.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.